Des étiquettes qui assombrissent la relation

fiston à contre jour

« Il n’arrête pas de me chercher … Il me nargue ! Cela m’énerve. Lorsqu’il entre dans la pièce avec sa musique, cela me rend nerveux. C’est tout de même terrible. », m’explique un papa d’un ado de 13 ans qui regrette les conflits continuelles qui rythment la vie à la maison. Il me dit sa tristesse, il se faisait une autre idée de son rôle de père.

Peu à peu le ciel s’est obscursi

Forcément le quotidien a amené son lot de contrariétés … Les nuages se sont peut-être accumulés … Et ces ressentis négatifs ont été enfermés dans une étiquette qui assombri la relation : « il est énervant ! ». Il suffit que son fils entre dans la pièce, et ce papa se sent plus tendu. L’ado perçoit le regard de son père et y réagit. Le cercle infernal est installé …

Les prophéties qui se réalisent …

Le poids des étiquettes

Il a suffit de l’accumulation de quelques situations désagréables où le parent s’est senti menacé, pas respecté, malmené, … Sans trop réfléchir, un « clignotant d’alerte » a rendu ce parent plus vigilant. A chaque situation où l’ado menace la quiétude familiale, le parent confirme l’idée que cet enfant est menaçant pour son équilibre. Il se tend, il se met sur le qui-vive, en mode défensif.

L’effet pygmalion n’a plus qu’à agir …

Mis en évidence par Rosenthal, cet effet a été observé expérimentalement : des élèves performaient davantage avec des enseignants qui ont reçu l’information selon laquelle leur classe était particulièrement douée. Par contre, les élèves des enseignants informés qu’ils avaient des élèves peu doués, avaient de moins bons résultats. L’effet « Pygmalion » consiste à trouver ce que l’on cherche sans l’avoir vraiment cherché. Si vous êtes parent, ce que vous croyez à propos de vos enfants, participe à créer les conditions pour que cela arrive. Si vous regardez votre enfant comme particulièrement désagréable, vous vous comportez anticipativement de la sorte. Votre enfant ou ado réagit en réponse à votre attitude . Un enfant a besoin que ses parents croient en lui de toutes leurs forces.

Très vite, l’ado a compris

Il a perçu ces sourcils froncés, cette moue plus tendue. Il traduit ces mimiques et petits mots plus durs. Et, très vite, l’ado tirent ses conclusions : je l’énerve, je conviens pas, nous n’arrivons pas à nous entendre, je suis le mouton noir de la famille, … Il se comporte en fonction de ces conclusions qui trottent dans sa tête. Ainsi, il vient renforcer l’étiquette qui se mettait en place du côté parental. La boucle est bouclée : Schoffield et Beek (2011) appellent cela le cercle parental.

Les comportements de l’enfant naissent dans la tête des parents.

Elles expliquent ce slogan un peu « choc » de cette manière : « La façon dont un parent pense aux comportements d’un enfant et les ressent va déterminer ses propres comportements en tant que parent. Les comportements adoptés par le parent véhiculent certains messages à l’enfant. Les pensées et les sentiments de l’enfant vont être influencés par ces messages, et cela aura des conséquences importantes sur son comportement et son développement. » Chaque interaction transmet un certain nombre de messages à l’enfant, exerce progressivement un effet sur l’idée qu’il a de lui-même et des autres, et influence ainsi son mode de fonctionnement et son développement.

Revenir à un cercle parental vertueux

Revenir au meilleur de la relation

Souvenez-vous de ce moment où vous êtes devenu parent. Vous vous êtes retrouvés face à ce petit être et, d’une façon ou d’une autre, à un moment, vous vous êtes dit : « voilà, je suis au pied du mur, je veux protéger cet enfant, je m’engage par rapport à lui. » Probablement avez-vous ressenti une bouffée d’amour pour lui, de tendresse. Revenir à ce moment, se remplir de ce sentiment peut être une source bénéfique. Prenez le temps de vous ressourcer des émotions positives qui vous ont habité et nourri. Ce sont elles qui vous ont permis de vous lever la nuit, souvenez-vous en !

Placez aux endroits de passage de la maison, les photos les plus lumineuses de votre enfant pour vous souvenir combien il est magnifique !

Rechercher l’intention « bénéfique » qui se cache derrière tout comportement (même inacceptable).

Certains comportement peuvent être traduits comme agressant alors que l’enfant avait peut-être une autre idée.
Une meilleure interprétation des comportements de l’enfant amène automatiquement le parent à éprouver de la compassion pour les moments difficiles de l’enfant et à prendre du recul. Cela l’aidera à s’adresser à l’enfant de manière constructive pour redémarrer sur de bonnes bases. Cette prise de recul permettra aussi de parler des comportements difficiles de manière plus neutre, ce que l’ado pourra entendre sans se sentir dévalorisé ou agressé.

Ouvrir les étiquettes et s’en dégager

Une autre source pour sortir du cercle infernal consiste à se souvenir de toutes les bonnes démarches réalisées par l’ado qui infirment l’étiquette. Cette démarche vous permet d’enrichir votre idée sur votre enfant.

Le mantra (Lemieux, 2013)

Un parent en colère ou stressé sera perçu par le cerveau de l’enfant comme une menace. Il peut être aidant de se trouver des phrases clé qui nous permettent de prendre du recul. Johanne Lemieux propose aux parents qui la consulte de se dire et redire le mantra suivant :

« Mon enfant n’est pas un prédateur, mon enfant n’est ni un tigre ni un grizzli ; c’est juste un moment désagréable à passer, je ne suis pas un mauvais parent ; je ne suis pas en danger. »

Et vous,

quel regard gardez-vous de vos propres parents ? Comment auriez-vous souhaité qu’ils vous regardent ? Comment faisaient-ils revenir le soleil sur l’image que vous aviez de vous ?
Il n’est pas trop tard pour le dire à votre enfant …

Quelques lectures utiles :

  • Ginott, H. (2013). Entre parent et enfant, ; ed. L’atelier des parents.
  • Faber, A. & Mazlish, E. (2012). Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent. aux éditions du Phare
  • Lemieux, J. (2013). La normalité adoptive, les clés pour accompagner l’enfant adopté, éd. QuébecAmérque
  • Schofield, G. & Beek, M. (2011). Guide de l’attachement en familles d’accueil et adoptives, la théorie en pratique. (S. Arslan, Trad.) Paris : Elsivier Masson, (œuvre originale publiée en 2006).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s